Pédaler en classe pour aider les élèves à mieux se concentrer

Samantha Pinet, Janvier 2019

 

Quelle ne fut pas ma surprise en tombant sur cet article lors de mes recherches sur internet.

Et pourtant cela faisait écho à ce que j'ai pû observer durant mes nombreuses années de travail avec les enfants.

Trop souvent j’ai entendu que les élèves devaient rester en position bien droite et statique sur leur chaise et trop souvent j’ai vu ces enfants se tordre, gigoter et prendre des positions improbables sur leurs chaises alors qu’ils étaient pourtant parfaitement concentrés sur leur activité.

 

Une école primaire d'Ottawa a trouvé une solution originale pour maintenir l'attention des élèves.

La direction de l'École Jeanne-Sauvé, dans le quartier Orléans, a installé quelques vélos stationnaires dans chacune de ses classes, afin de faire bouger les élèves et de mieux capter leur attention.

C'est l'enseignant en cinquième année, David Benay, qui a eu cette idée. Lors d'une session de perfectionnement professionnel assez longue, il a lui-même ressenti le besoin de bouger.

« Je me demandais, si moi, j'étais incapable de rester assis et concentré, si mes élèves étaient capables. [...] Je suis venu avec l'idée de bouger en classe », explique-t-il. Depuis, les 400 élèves de l'École Jeanne-Sauvé peuvent pédaler en classe au besoin, lorsqu'ils ont un surplus d'énergie ou de la difficulté à se concentrer. « Quand je suis en train de faire de l'activité physique, je suis en train d'écouter mieux et je dépense de l'énergie, parce que je suis hyperactif. » (Olivier-Alexandre R., élève de 5e année, École Jeanne-Sauvé)

 

Des améliorations notables

Depuis que le projet pilote a été lancé il y a trois ans, les enseignants notent des changements positifs dans le comportement des enfants. « Lorsqu'ils bougent, lorsqu'ils sont actifs, on trouve qu'ils sont plus attentifs et concentrés dans les classes. Les professeurs nous le disent et les parents aussi nous le disent, que ça fait une différence », rapporte le directeur André Larouche.

 

L'enseignant David Benay ajoute que certains élèves, qui participaient rarement en classe, se sont mis à participer.

« Ils posaient des questions, répondaient à l'enseignant. Ça fait trois ans et on voit de grands changements », ajoute-t-il.

« Il y a beaucoup de recherches qui prouvent qu'en bougeant, on peut se concentrer davantage. Ceux qui ont beaucoup d'énergie, on les envoie sur les vélos. Ça donne une classe plus positive », souligne l'enseignant.

 

Les élèves reconnaissent eux-mêmes qu'ils sont beaucoup plus attentifs et intéressés à la matière enseignée.

« Je trouve que c'est une bonne idée []. On n'a pas besoin d'aller dehors et on peut écouter M. David. Moi, personnellement, ça m'aide à me concentrer », soutient le jeune Ahmad E. B. « L'enseignant nous laisse aller sur le vélo quand on veut, quand on en a besoin. » (Nicole P., élève de 5e année, École Jeanne-Sauvé). Les résultats sont si probants que même les classes de maternelle sont équipées de petits vélos.

 

Les classes sont également équipées de ballons d'exercice, sur lesquels les enfants peuvent s'asseoir ou se tenir debout, une autre forme d'activité physique qui optimise la concentration. Il souhaiterait même obtenir davantage de fonds pour acheter d'autres équipements. D'ici là, il invite les autres écoles à s'inspirer de la sienne. « On a de l'éducation physique chaque jour. S'il y a d'autres écoles qui veulent faire la même chose ou venir nous visiter, elles sont toujours les bienvenues », dit-il.

(https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/706669/velos-stationnaires-classes-ecole-jeanne-sauve-ottawa).

 

Cette pratique a tendance à se démocratiser de nos jours, de nombreuses autres écoles en ont fait l’expérience avec toutes des résultats notables sur la concentration des enfants. Je l’ai moi-même constaté sur mon fils atteint de déficit d’attention, lorsqu’il travaille à la maison, j’ai cessé de lui demander de s’asseoir correctement, je le laisse se tortiller sur sa chaise, rouler avec ou encore se mettre debout et même se pendre la tête à l’envers, il apprend ses leçons plus rapidement et il mémorise mieux.

Maria Montessori elle-même reconnaît ce besoin vital du mouvement pour les enfants.

 

Le mouvement développe l’intelligence

Le centre du système nerveux est le cerveau. Chacun de nos muscles est en effet relié à notre cerveau. Ainsi, à chaque fois que nous faisons un mouvement, nous musclons notre cerveau. A vrai dire, grâce au mouvement nous comprenons ce dont nous sommes capables mais aussi nos potentialités. Ainsi, nous pouvons choisir une solution existante ou imaginer de nouvelles solutions. Aussi nous avons la possibilité de conceptualiser une idée car « les idées abstraites elles-mêmes naissent du contact avec la réalité ». Tout cela constitue essentiellement l’intelligence. De même, grâce à l’intelligence nous pouvons effectuer des mouvements. Le mouvement est par conséquent l‘expression de la vie psychique. C’est pourquoi mouvement et intelligence sont liés dans un cycle infini.

 

Voici la raison pour laquelle dans une classe Montessori les enfants sont libres de se mouvoir et de travailler comme bon leur semble sur un tapis, sur une chaise ou encore debout pour certaines activités.

 


4 planes of development

What is a child about? How can a helpless baby become a full member of our society? Maria Montessori’s understanding was that “education” becomes an “aid to life” - a natural process all children undertake spontaneously, guided through ever evolving stages of development.


Positive Discipline

As a Montessori Teacher and a mother of five, I’ve had many people ask me my advice on various misbehaviours. So I was very excited and happy when I was introduced to Jane Nelsen’s book, Positive Discipline. In this article, I will share with you some insights into how positive discipline works in the Montessori classroom as well as Jane Nelsen’s approach to positive discipline.


Mère imparfaite et fière de l'être

La mère parfaite n’existe pas !

 Etant maman de deux enfants et ayant étudié l’éducation sous toutes ses coutures, j’ai appris une chose en devenant maman : avec ses enfants, on fait ce qu’on PEUT et non ce qu’on VEUT !